Alexandre Baumann : du Droit aux huiles essentielles

Alexandre Baumann
Alexandre Baumann au Dojogroup

Fiche métier :
Âge : 25 ans
Avant : Étudiant en droit
Maintenant : Expert des huiles essentielles et écrivain

Rencontré pour vous, Alexandre Baumann. Âgé seulement de 25 ans, Alexandre a déjà à son actif deux livres aux Éditions l’Harmattan. Pourtant, rien ne le prédestinait à l’écriture. Une fois son Bac scientifique obtenu, il s’oriente vers la philosophie puis, vers le droit, il tente les concours pour devenir avocat. Il se rend très vite compte que ce n’est pas du tout fait pour lui ! Son esprit critique le pousse plus loin, avec beaucoup de questions sur le bien-fondé de certains dictats dans le corps universitaire.
Des difficultés personnelles, lui fond prendre un virage à 180° ! C’est à partir de ce moment que la vie d’Alexandre s’illumine avec la découverte des huiles essentielles. Une véritable révélation pour lui : « Elles ont vraiment changé ma vie. » Aujourd’hui, devenu expert dans les huiles essentielles il a publié un ouvrage « Science et huiles essentielles ».
Son but : montrer que de nombreux effets positifs des huiles essentielles ont été scientifiquement prouvés et permettre à tout le monde de les utiliser vraiment efficacement et en toute confiance.

1. Quel métier exerces-tu ?

J’ai créé Lifeinbottle pour partager mon expérience et ma vision des huiles essentielles et les rendre « accessibles » à tout le monde. Elles ont vraiment changé ma vie et je pense qu’elles pourraient changer la vie de beaucoup plus de monde si on changeait leur image et diffusait une meilleure information sur elles.

C’est extrêmement dur d’utiliser correctement les huiles essentielles. Il faut lire plusieurs manuels, démêler le vrai du faux … Et encore, ce n’est pas gagné. Au final, les gens utilisent les huiles essentielles n’importe comment et s’étonnent quand ça ne marche pas.  Bref, pour convaincre le grand public, il fallait une offre rapide à prendre en main et efficace. C’est ce que fait Lifeinbottle. J’ai conçu des synergies d’huiles essentielles vraiment efficaces ciblant un ensemble de problèmes (infections respiratoires, douleurs mécaniques et insomnies) en me basant sur les données que j’avais rassemblées en écrivant mon livre Science et Huiles Essentielles (éd. L’Harmattan).

Je les vends au cours de réunions qui durent en général une bonne heure, lors desquelles je peux vraiment bien expliquer leur utilisation et conseiller chacun par rapport à ses besoins. Par exemple, tout le monde ne sait pas que les insomnies peuvent être causées par des douleurs mécaniques « déconscientisées » ou bien que, contre les maux de ventre, se masser le ventre peut être efficace. Ultimement, mes clients deviendront mes vendeurs et partageront à leur tour leur expérience et mes connaissances. En bref, je veux populariser les huiles essentielles en donnant la possibilité à chacun de les utiliser au mieux facilement. Je tente en quelques sortes de faire avec les huiles essentielles ce qu’Apple a fait avec les ordinateurs et les smartsphones : populariser en rendant plus pratique.

2. Peux tu raconter ton parcours (formation/prof.) ?

Bac S, puis philo pendant un an et demi. Je me suis rendu compte que l’enseignement était creux, donc je suis allé en droit. La prévalence de la méthode sur le contenu et l’absence totale de valorisation de la réflexion m’ont vraiment blasés. En plus j’avais réussi à faire publier un livre d’économie qui, à mon sens, écrase les travaux concurrents sur le sujet (l’impact économique du téléchargement illégal) … en n’ayant jamais étudié l’économie !

J’ai tenté de passer le concours pour devenir avocat, qui me semble être une profession intéressante. Mais j’ai jamais réussi à m’y mettre vraiment. Isabelle Sthémer m’a motivé à participer à Engrainages et j’avais en tête mon projet d’entreprise. Je me suis pris au jeu et j’ai vraiment appris beaucoup, non seulement en terme d’entrepreneuriat, mais aussi des compétences en terme de présentation, de conception de contenu, etc. Après ça j’ai laissé tomber le droit et me suis consacré à mes livres et à LifeInBottle.

3. Pourquoi tu t’es orienté vers les huiles essentielles ?

J’ai des douleurs chroniques depuis pas mal de temps. Mon bassin est trop mal maintenu, donc il bouge trop et ce sont les dernières lombaires qui prennent. À partir de la 3e année de licence, j’avais beaucoup à rester longtemps assis : ma concentration partait en vrille au bout de quelques heures, j’étais souvent vidé. J’ai du assister à un quart des cours du deuxième semestre. Les réponses qui m’étaient données étaient consternantes : mes médecins (2 généralistes, 2 rhumatos et 2 kinés) étaient complètement à l’ouest et ne comprenaient pas la nature dynamique du problème. J’ai été pendant longtemps sous Ixprim (antidouleur puissant), miorel (décontracturant) et même Tétrazépam des fois. Entre 20 et 24 ans, j’ai du passer 2 ans avec une ou deux séances de kiné par semaine.

J’ai pu commencer à aller mieux grâce à deux choses :
– Deux kinés du sport ont compris le fait que j’avais un problème de maintien et me l’ont expliqué, me permettant de comprendre mon dos, reproduire leurs exercices et inventer les miens.
J’ai découvert les huiles essentielles par hasard. Ça a vraiment été la révélation. Alors que tous les médicaments passent par la digestion et ont un effet global, je pouvais enfin limiter l’action des produits que j’utilisais à la zone douloureuse. Je n’avais plus besoin de choisir entre avoir mal ou être shooté par les médicaments. Ensuite j’ai toujours un peu mal constamment, je suis très contraint, mais j’arrive à gérer. Sans ça, la rééducation que je mène depuis plusieurs années n’aurait pas été possible Je ne vais pas plus dans le détail, mais ça a vraiment changé ma vie.

4. As-tu d’autres activités ?

J’écris aussi des livres sur les matières qui me semblent importantes et où la recherche est déficiente. Les universitaires cultivent la spécialisation des disciplines ainsi qu’un « entre soi ». Cela  entraîne la sclérose systématique d’un thème lorsqu’une idéologie s’en empare. Je ne détaille pas, mais ça fait que des thèmes deviennent complètement décérébrés : la connaissance y devient un moyen de légitimer l’importance sociale des auteurs et plus une fin. Ça a été par exemple le cas de l’impact économique du téléchargement illégal sur le marché de la musique, thème auquel je me suis attaqué dans mon premier livre et qui a été publié par l’Harmattan. Le prochain, dont j’ai presque finit le manuscrit, portera sur les analyses des inégalités hommes-femmes …

Bien sûr, j’essaye aussi de diffuser les données scientifiques sur les huiles essentielles : la plupart des manuels d’aromathérapie ont un contenu qu’on pourrait qualifier d’antéscientifique. Même ceux qui sont écrits par des médecins sont très très légers, ne citant aucune étude, ne commentant pas les protocoles, les résultats d’études précises … Pire, ils allèguent même des propriétés qui sentent fortement la bullshit, comme « positivant », « stimule le système immunitaire » ou encore « donne confiance en soi » (vous imaginez des études scientifiques qui tenteraient d’étudier ça objectivement ? … ). J’ai donc écrit Science et Huiles essentielles, qui a aussi été publié par l’Harmattan.

5. Quelles sont tes passions ?

L’écriture et la boxe (au sens large) principalement je dirais. Je ne peux malheureusement plus exercer la seconde à cause de mon dos.

6. Quel conseil donnerais-tu à une personne qui souhaiterais changer de métier mais qui n’ose franchir le cap ?

Plusieurs choses. Visualisez vous dans 10 ans et demandez vous si c’est la personne ce que vous voulez être. Demandez vous aussi quel est votre impact sur le monde. Enfin, si vous vous dites que vous êtes obligés de faire ce que vous faites, de vous sacrifier, demandez vous si ce n’est pas juste une excuse pour ne pas changer.

7. As-tu une devise (phrase fétiche/proverbe favori) ?

Alors j’en ai deux :p :
La première est d’un noble de la renaissance un peu perché, mais de l’avis de tous génial : Picco della Mirandola, qui s’est heurté à un mur en voulant mettre à l’épreuve les connaissances acquises et l’establishment intellectuel : « En fin de compte, le parfait ouvrier décida qu’à celui qui ne pouvait rien recevoir en propre serait commun tout ce qui avait été donné de particulier à chaque être isolement. » En somme, l’homme a en lui le potentiel de devenir n’importe quoi.

La seconde parle d’elle-même : « J’ai cherché des grands hommes, mais je n’ai trouvé que des singes de leur idéal.«  Nietzsche (Le crépuscule des idoles).

Alexandre publiera bientôt un troisième livre sur le thème des inégalités hommes/femme.

Bibliographie :

Science et huiles essentielles, chez l’Harmattan
L’impact économique du téléchargement illégal, chez L’Harmattan

 

Be Sociable, Share!

About the author

Géraldine Gomaere

View all posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *