Savoir négocier son salaire

Épreuve délicate et sujet sensible, négocier son salaire n’est pas chose facile. Face au recruteur ou à l’employeur, il faut faire preuve de tact et mettre en avant sa détermination. Pour réussir son coup, il est essentiel d’apprendre à négocier son salaire. En deux étapes, il faut avant tout cerner le contexte dans lequel vous allez vous jeter pour ensuite élaborer les démarches à adopter. Détaillons en quelques lignes les choses à connaître pour anticiper une bonne négociation de salaire.

Article partenaire

Évaluer la demande suivant les conditions et le travail en question

Négocier son salaireEn entretien d’embauche, vous devez savoir l’enjeu dans lequel vous vous engagez. Quel est le cadre de vie de l’entreprise dont vous voulez intégrer ? Quelle est la politique de rémunération dans votre entreprise ? Quelles sont les tâches qui vous attendent ? Quel est votre niveau professionnel ? Quels sont vos atouts ? Qu’est ce que vous pourriez apporter à la société qui souhaite vous embaucher ?

L’évaluation de toutes ces questions joue un rôle majeur dans votre requête. Salarié désireux de faire valoir vos compétences professionnelles, vous devez tenir compte de la situation exacte dans laquelle votre entreprise se situe au moment où vous souhaitez concrétiser votre demande. Pour être sûr d’obtenir des résultats positifs, il faut avant tout choisir un moment que vous jugez propice et où les circonstances vont jouer en votre faveur. Quelle que soit votre situation, vous devez mesurer vos avantages et vos faiblesses, votre valeur sur le marché, votre compétitivité, votre place dans la société, etc. Ainsi, vous pouvez faire une sollicitation à la hauteur de vos compétences et en fonction de vos capacités.

Les attitudes à tenir lors d’une négociation de salaire

Une fois que vous connaissez suffisamment l’environnement, il faut à présent trouver les meilleures techniques pour aboutir à votre objectif d’augmentation de salaire. Mettez-vous dans la tête que tout au long de l’entretien, vous devez vendre vos compétences. Soyez déterminé, confiant et persuasif.

Le plus souvent, l’employeur parle en premier et vous annonce une proposition qu’il a déjà bien étudiée. Soyez attentif à ses suggestions et ne montez aucun découragement si elles sont très loin de vos attentes. Concentrez-vous également sur son langage corporel comme les haussements de sourcils, des attitudes agressives, etc., ces signaux peuvent orienter votre stratégie. Attendez qu’il vous donne la parole pour répliquer avec des arguments réfléchis, valides et convaincants.

Et comme les imprévus peuvent être nombreux lors d’une négociation de salaire, préparez-vous bien à l’avance à faire face à toutes les éventuelles objections. Pour le refus, les concessions ou toutes autres formes de pression, vous devez être capable de trouver votre mot à dire et proposer des plans B si votre patron refuse catégoriquement votre augmentation. Pensez dans ce cas à négocier les primes, les avantages en nature, les horaires plus flexibles, etc.

À proscrire

Pour ne pas rater votre cible, évitez d’être arrogant, de ne pas se préparer, de s’attendre à un résultat toujours positif, et de penser qu’atteindre les objectifs mérite une augmentation alors que ce n’est que le respect de certaines parties du contrat. Si votre demande est justifiée et étayée, la négociation salariale devrait très bien se passer et vous pouvez en sortir avec éventuellement un meilleur salaire.

Be Sociable, Share!

About the author

Géraldine Gomaere

View all posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *